Comment améliorer l’expérience utilisateur sur smartphone ?

Selon une information de GlobalWebIndex, il y a aujourd’hui 3,986 milliards d’utilisateurs sur mobile, représentant 57% de la population mondiale et selon Google, 71% des utilisateurs de sites web se connectent aujourd’hui via leur smartphone. C’est donc maintenant un fait : le nombre d’utilisateurs sur smartphones a désormais dépassé le nombre d’utilisateurs sur ordinateurs.

Pourtant, il existe encore de nombreux sites inadaptés aux smartphones, où l’utilisateur est contraint de zoomer sur certaines parties de l’écran, et de scroller plus qu’il ne devrait. On pourrait même considérer que certains de ces efforts pour accéder au contenu sont mêmes devenus la norme, alors que l’expérience utilisateur est très clairement dégradée dans ces cas précis…

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

Adapter une méthode de conception adaptée au mobile

Lorsqu’ils consultent un site, les utilisateurs recherchent une information et souhaitent y accéder rapidement. Pour répondre à ce besoin, il est possible de concevoir des sites de trois façons différentes :

Un site “adaptive design” :

Cela consiste à afficher une version du site selon l’appareil utilisé lorsque l’utilisateur charge une page du site. L’avantage de cette méthode est qu’elle permet de charger des images et des contenus bien adaptés au device utilisé.

Une version du site dédié au mobile :

Dans ce cas, il s’agit d’avoir un site différent (accessible via une autre URL), dédié au mobile. Pendant des années, on retrouvait régulièrement des sites web où la version mobile était accessible en remplaçant les “www” d’une adresse par un “m” pour Mobile.

Un site “responsive design” :

Enfin, cette méthode consiste à modifier l’affichage du site en fonction de la résolution d’écran de l’utilisateur. A la différence de l’“adaptive design”, sur un site “responsive design” l’utilisateur peut modifier sa résolution d’écran (en réduisant ou en augmentant la taille de sa fenêtre de navigateur) sans risque de perte de qualité, notamment dans les images affichées. Cette option est d’ailleurs celle recommandée par Google, et c’est aujourd’hui devenu une norme pour bon nombre de concepteurs de sites web.

Prendre en compte le Mobile-First Index

Google, conscient de l’importance grandissante du mobile, a développé ce qu’il appelle le “Mobile-First Index(ou IMF pour Index Mobile First en français). Concrètement, avant l’apparition de l’IMF, Google classait les pages dans son moteur de recherche en se basant sur la qualité des pages sur desktop. Depuis l’apparition de l’IMF, ce classement se base sur la qualité des pages sur mobile pour les sites web concernés.

A partir du mois de juillet 2019, tous les nouveaux sites découverts par Google se baseront sur cet index. En revanche, pour les sites web déjà existants, la transition vers l’index mobile n’est pas encore terminée. Cette décision prise par Google condamne bon nombre de sites en version mobile à disparaître, voués à se transformer en version “responsive design”.

Utiliser la méthode ITI

L’expérience utilisateur sur smartphone peut également être optimisée en se focalisant sur la méthode ITI qui consiste à :

Impressionner l’utilisateur :

Comme le dit si bien le proverbe, “vous n’aurez jamais une deuxième chance de faire une première bonne impression”. Impressionner l’utilisateur avec un site bien conçu grâce à sa navigation, esthétique grâce à son design, et adapté à son appareil, c’est déjà le convaincre de lire notre message…

Transmettre le message :

Dans son fameux discours de Stanford, Steve Jobs disait : “votre temps est limité”. Transmettre le message qu’on souhaite faire passer à l’utilisateur, tout en lui donnant l’information qu’il recherche, avec des textes suffisamment lisibles sur des petits écrans, c’est lui faire gagner du temps. Il ne faut jamais oublier l’élément principal d’un site web : le contenu. Et même si cela peut paraître évident, le contenu principal d’une page doit toujours être placé en haut de page, car c’est ce que recherche l’utilisateur. Cela est d’autant plus vrai sur smartphone où, l’affichage des informations sur l’écran étant limité, l’utilisateur attend avoir une réponse quasi-immédiate.

Inciter à l’action :

Il est impossible de mesurer des objectifs si on ne s’en est pas fixé. Pour cette raison, inciter à l’action en définissant un bouton “call-to-action” principal pour chaque page est une bonne méthode pour fixer des objectifs : ajout au panier, inscription à une newsletter, téléchargement d’un document… A noter que d’une façon générale, la taille des boutons doit être adaptée au device, et donc ne pas être trop petite par exemple pour une expérience utilisateur optimisée sur mobile.

Optimiser la rapidité de son site

Selon Google, sur smartphone, 53% des utilisateurs quittent un site si celui-ci ne se charge pas en moins de 3 secondes. La vitesse de chargement d’un site est donc un élément primordial si on ne souhaite pas voir chuter drastiquement son taux de conversion. Pour cela, des outils en ligne existent comme Google Page Insights, ou Google TestMySite.

Ce critère est d’autant plus important pour le référencement naturel des sites, depuis que Google, avec la mise à jour “Speed Update”, a officiellement communiqué sur le fait que la vitesse de chargement d’un site devenait un facteur de classement. Pourtant, selon une étude menée par le site SEMRush sur 150 000 sites dans le monde, plus de 82% des sites ont aujourd’hui des temps de chargement trop importants. D’un point de vue SEO, il y a donc là des opportunités à saisir pour gagner des positions naturelles.

Enfin, la rapidité des sites peut être améliorée sur mobile grâce à deux technologies : AMP et PWA.

AMP : le web “made in Google”

La technologie AMP (pour Accelerated Mobile Pages) consiste à adopter une méthode de développement permettant de charger des pages web quasi-instantanément. En moyenne, selon Google, les pages AMP se chargent d’ailleurs 85% plus rapidement que des pages non-AMP.

Cette initiative étant soutenue par Google, de nombreuses ressources sont disponibles permettant de valider la conformité d’un code HTML ou d’une page web à AMP.

PWA : vos applications en version web

Quant à la technologie PWA (pour Progressive Web Apps), il s’agit d’une version hybride d’une application sous la forme d’un site web qui se charge plus rapidement. Pour cette technologie, les meilleurs exemples sont actuellement les sites des réseaux sociaux comme Facebook, LinkedIn, ou encore Twitter, qui proposent des sites PWA très proches de l’application, tout en consommant moins de données. Cette technologie offre de nombreux avantages sur les devices Android notamment, avec la possibilité d’activer des notifications push ainsi qu’un mode hors-ligne.

En conclusion…

Pour terminer, on constate que l’optimisation de l’expérience utilisateur sur smartphone passe essentiellement par des méthodes de conception, de design, et de développement qui peuvent être très consommatrices de temps, mais qui restent néanmoins indispensables pour se démarquer de la masse.