5 façons d’optimiser son site pour plaire à RankBrain

Il est difficile d’optimiser son site pour RankBrain, une intelligence artificielle ajoutée aux algorithmes de Google. Cependant, il existe de bonnes pratiques qui vous permettront d’entrer dans les bonnes grâces de cette mise à jour très spéciale !

RankBrain, l’intelligence artificielle de Google

Google a annoncé et lancé RankBrain, son programme de classement de l’apprentissage machine, en 2015. Depuis, les spécialistes du marketing et du référencement le surveillent de près. RankBrain a été considéré comme un “facteur de premier rang”, ce qui a conduit beaucoup d’experts à se demander comment optimiser leur site pour faire plaisir à ce nouvel élément. Cependant, ce n’est pas vraiment un facteur comme les liens ou la convivialité mobile… La tâche s’avère plus ardue.

Vous ne pouvez pas optimiser votre site pour RankBrain, comme vous le feriez pour Panda ou Penguin. RankBrain est un algorithme d’apprentissage profond non supervisé. Il crée ses propres règles.

À cet effet, la meilleure façon d’accroître son positionnement en se servant de cet élément est d’avoir un très bon contenu descriptif.

1. Créer des extraits irrésistibles

Pour commencer, augmentez votre taux de clic organique pour augmenter vos chances de succès. En effet, il y a des chances pour que le “Relevance Score” de RankBrain soit le même que le “Quality Score” de AdWords.

Cette technologie AdWords intelligente n’a jamais eu besoin de signaux externes pour classer les annonces de recherche payante selon leur pertinence. Bientôt, il en sera de même pour la recherche organique.

L’avenir du référencement ne consiste pas à battre une autre page en fonction de la longueur du contenu, des paramètres sociaux, de l’utilisation de mots-clés ou de votre nombre de backlinks. Une meilleure visibilité de la recherche organique viendra en battant vos concurrents avec un taux de clics plus élevé que prévu.

Alors : concentrez-vous sur l’amélioration de vos extraits SERP. Assurez-vous que les titres des pages et les métadescriptions reflètent les besoins de l’utilisateur, se démarquent sur la page des résultats de recherche et incitent les internautes à cliquer pour en savoir plus.

2. Mimer les pros

La modélisation de votre site et du contenu, d’après des domaines que Google reconnaît comme faisant autorité, peut vous aider à remonter dans les résultats.

Par exemple, dans le secteur de la santé, Google sait qu’un site comme Doctissimo dispose d’une solide réputation. Il n’hésite pas à le mettre en tête des résultats de recherche. Ainsi, tous les sites dont la structure est similaire à Doctissimo seront associés au “bon” camp. De même, tout site qui ressemble à la structure d’un site de spam connu dans le domaine de la santé sera associé au “mauvais” camp.

3. Repenser la façon dont le contenu utilise les mots-clé

L’avis de Google concernant les mots-clés a changé depuis des années : ce n’est donc pas un nouveau conseil SEO. RankBrain représente certainement le dernier clou enfoncé dans le cercueil de l’ancienne façon de penser les mot-clés.

Cessez de créer des pages ou du contenu adaptés à un seul mot-clé ou à une seule expression. Pour un effet optimal, composez votre noyau sémantique à partir de plusieurs mots-clés ciblés, de leurs variations et de termes connexes.

4. Écrire de façon conversationnelle

Au moment de définir vos mots-clés et leur champ sémantique, pensez-les pour les gens et non pour Google (ou RankBrain). Le SEO moderne ne consiste plus à défier les algorithmes et les systèmes, mais à concentrer votre attention sur l’amélioration de l’expérience utilisateur. Pour ce faire, servez-vous de l’analyse du comportement de vos visiteurs, les expressions utilisées et leurs besoins.

Si les internautes apprécient votre contenu et le jugent pertinent, les algorithmes commenceront à faire de même naturellement.

Autrement dit : créez du contenu qui sonne humain.

Votre contenu doit être « conversationnel », contenir des expressions orales et même des interjections pour ajouter un peu de dynamisme. Un texte trop littéraire fera fuir les internautes… et déplaira à RankBrain.

Au final, la meilleure solution pour accroître son positionnement dans les moteurs de recherche est de trouver un équilibre réaliste : comprendre comment RankBrain fonctionne et créer du contenu qui fonctionne dans ce cadre – mais jamais au détriment d’une bonne expérience utilisateur.

5. Décoder les priorités des facteurs de classement pour votre activité.

Par son intelligence artificielle, RankBrain semble peser sur les différents facteurs de classement différemment en fonction de l’activité, de l’intention de l’utilisateur, de l’autorité du site, etc. Ce qui le différencie des autres animaux du zoo Google qui utilisent un ensemble d’entrées fixes.

En raison de ce système de balance, certaines requêtes vont recevoir des signaux différents d’un utilisateur à un autre.

Parfois, RankBrain ressortira un contenu frais. Dans d’autres cas, il préférera un contenu très approfondi ou bénéficiant d’un engagement fort (avec plusieurs commentaires, partagés de nombreuses fois sur les réseaux sociaux…). Tout va dépendre de la requête tapée par l’internaute et de son contexte de navigation.

S’il y a une chose sur laquelle les meilleurs experts SEO sont d’accord, c’est que RankBrain rend Google de plus en plus intelligent chaque jour. Ce n’est pas, à proprement parler, un facteur de classement, mais un élément central dans la façon dont Google fournit des résultats de recherche organique.

Si vous pensez que l’introduction de RankBrain a nui au classement de votre entreprise, commencez par examiner le contenu lui-même. Est-il utile et engageant ? S’agit-il de cibler un sujet plutôt qu’un mot-clé en particulier ? Si c’est le cas, regardez quelles pages sont bien classées, et voyez si vous pouvez décoder les facteurs que RankBrain priorise !

L’agence Webpulser vous accompagne dans vos stratégies de référencement SEO.

Nous définissons ensemble quels sont les indicateurs de performance qui vous assurent le meilleur retour sur investissement possible et nous vous aidons dans la compréhension des outils d’analyses de votre trafic.

 

Share on linkedin
Share on twitter
Share on facebook