SXO – Part 1 : Tout ce qu’il faut savoir sur le SEO 2.0

Les acronymes définissant un nouveau concept sur Internet jouissent toujours d’une grande cote de popularité. Aujourd’hui, tout le monde connaît le SEO et nombre de Webmarketeurs en maitrisent les principaux rudiments. Seulement, la vision ancestrale du référencement à la main est désormais loin derrière nous. Présentation du dernier né des acronymes de la webosphère : le SXO, ou quand le SEO rencontre l’expérience utilisateur.

Le SXO : définition.

Le Search eXperience Optimization (SXO) est purement et simplement le résultat de la rencontre entre le référencement traditionnel et l’UX (expérience utilisateur). On parle également de SEO 2.0, puisque la finalité de ce concept reste la même : optimiser son site internet dans les résultats de moteurs de recherches.

Pourquoi le SEO évolue-t-il vers le SXO ?

Les algorithmes des moteurs de recherches, chez Google spécifiquement, ont fortement évolués ces dernières années et ceux qui avaient tout misé sur ce qui fonctionnait dans les années 2000 en ont ressenti sèchement les conséquences. Certes, les 3 fondamentaux (Contenu, Technique, Linking) du référencement restent identiques, mais ne sont plus suffisants.

Mettons-nous à la place de Google : sa mission première, est d’apporter à l’internaute le meilleur résultat à sa recherche. Pour ce faire, il lui faut comprendre la requête et même l’interpréter, voire l’anticiper. Ainsi, au fil des mises à jour, le moteur de recherches a ajouté des fonctionnalités visant à améliorer le confort de requête des utilisateurs : contenus associés, longue traine, recherche vocale, etc… via ses mises à jour Panda, Hummingbird, Penguin.

Côté référenceur, il était alors relativement simple d’être plus intelligent que le robot. Il suffisait d’en comprendre les tenants et aboutissants pour positionner un site internet où voulu. Désormais, les progrès réalisés en termes d’intelligence artificielle sont tellement impressionnants que le SEO s’en est vu complètement chamboulé.

Quand le Moteur de Recherches devient Moteur de Réponse(s)

L’algorithme Rankbrain (2015) est basé sur l’apprentissage automatique et l’intelligence artificiel. Sa résultante est de mieux comprendre les requêtes des internautes, mais également d’apprendre de leurs comportements. Il s’agit de la base fondamentale des fonctions vocales et conversationnelles proposées par le moteur de recherches. De manière concrète, cela se traduit par l’instauration des Rich Snippets, enrichissement des typologies de résultats de recherche (Actualités, Images), Position Zéro, requêtes similaires.

Résultat Google pour la recette du tiramisu

Le SXO comprend tous les aspects de ces évolutions des SERP. En effet, afin de livrer à l’internaute les réponses les plus pertinentes à ses requêtes, il lui faut comprendre et interprêter les résultats. Son mode opérationnel évolue :

  • Il analyse toujours le contenu, ainsi que la technique
  • Il analyse l’ensemble des liens : le maillage interne comme les backlinks
  • Le comportement de l’internaute, dont notamment la durée de visite et le taux de rebond. Comme dans la vraie vie lorsqu’un individu quitte un magasin aussitôt qu’il entre, Google comprendra que l’internaute n’est pas tombé sur le résultat qu’il attendait de la part du site internet
  • Les performances du site internet, comme le temps de chargement des pages par exemple
  • La navigabilité du site internet sur tous les appareils : du mobile à l’ordinateur
  • La propension de l’internaute à passer à l’action : commande, remplissage de formulaire, téléchargement de fichiers
  • etc…
Share on linkedin
Share on twitter
Share on facebook