Etude sur la consommation connectée

 

La deuxième édition du baromètre de la consommation connectée réalisée par Bonial en collaboration avec l’IFOP a été rendue publique en novembre. Pour la deuxième année consécutive, les réponses des internautes en matière d’e-commerce ont été disséquées pour mieux comprendre les habitudes des consommateurs. Plus de 1000 internautes représentatifs de la population de plus de 18 ans (sexe, âge, profession du chef de famille, région, agglomération) ont donné leur avis en fin d’année. Confiance dans les pure-players, la croissance de l’utilisation des tablettes et des applications, les fréquences d’achats sur le Web, voilà ce qu’il faut retenir de ce sondage.

eCommerce-marketing

Des Français multi-connectés

Ce n’est pas un secret, le marché des smartphones et des tablettes, tous deux en constante progression entrainent la consommation et la recherche en ligne. 70% des possesseurs de l’un ou l’autre (ou des deux) effectuent un achat en ligne au moins une fois par mois. Plus de la moitié des interrogés à propos de l’usage qu’ils faisaient de leurs appareils mobiles ont répondu qu’ils recherchaient des informations sur un produit, qu’ils comparaient les prix et qu’ils affinaient une intention d’achat au moins une fois par mois. De plus en plus de consommateurs associent les nouvelles technologies avec les enseignes traditionnelles afin d’obtenir le meilleur des deux services. Mais il reste de gros écarts entre les secteurs d’activité. Si la recherche en ligne atteint les 65% lorsqu’il s’agit d’acheter de l’électronique et 51% pour des articles de sport, lorsqu’il s’agit de meuble et décoration ce sont les recherches offline (conseil des amis, les catalogues ou prospectus, informations en magasin) qui prennent le dessus avec 56% et surtout le secteur alimentaire qui atteint les 70% hors-ligne. Le faible réflexe digital concernant la nourriture montre que les consommateurs ont encore des réticences à faire confiance au Web pour se nourrir. D’ailleurs, pour ceux qui utilisent le digital dans le domaine alimentaire, 41% utilisent l’application d’une enseigne qu’ils fréquentent physiquement. Les applications mobiles ou tablettes prennent le pas sur les moteurs de recherche quelque soit le type d’achat.

credit card commerce

Des consommateurs toujours plus sollicités

Une des parties du sondage s’est intéressée au rapport à cet entourage de publicités et d’informations autour des consommateurs en permanence. Les chiffres montrent que les internautes apprécient l’information quand ils sont proactifs et qu’elle ne les envahit pas. Quasiment la moitié des sondés sont intéressés par la diffusion d’informations sur les catalogues en ligne, les prospectus papier ou le site internet des enseignes. Mais beaucoup de choses ne sont pas à leur goût : respectivement 62% et 67% des consommateurs affirment être agacés ou envahis par les vidéos précédant les vidéos sur Youtube ou site de « replay » et par l’envoi de SMS/MMS à caractère publicitaire. Les pratiques les moins appréciées des campagnes marketing sont l’insertion en plein-écran d’encarts au lancement d’un site ou d’une application (76% de mécontents) et, avec 80% de votes négatifs, l’envoi de mailings vocaux sur le répondeur du mobile. L’information doit donc être présente, en grande quantité si nécessaire mais les français alertent sur l’intrusion de la publicité sur le Web.

 ecommerce

Un commerce toujours plus connecté: à quel prix?

Acheter sur le Web permet un gain de temps mais surtout un gain d’argent. Selon les derniers chiffres de janvier par la Fevad, 56% des français considèrent faire leurs achats en solde en intégralité ou en partie sur le Web. 1 consommateur sur 8 a annoncé encore se rendre malgré tout dans les centres commerciaux. Si les délais de transports sont de plus en plus courts, les magasins ont encore l’avantage de laisser le consommateur repartir directement avec ses achats qu’il aura eu l’occasion d’essayer. Reprenant le débat qui a eu lieu il y a quelques semaines à propos de l’ouverture le dimanche des magasins de bricolage, le sondage Bonial a posé la question aux internautes, afin d’équilibrer la concurrence, si la loi devrait obliger les pure-players (enseignes qui ne vendent que sur le Web) à ne pas prendre de commandes après 21h et le dimanche. Sans surprises, le nombre de réponses négatives à été largement supérieure au nombre de réponses positives (79% contre 21%). Le gouvernement à d’ailleurs voté à l’unanimité au Sénat la loi «anti-Amazon» afin d’interdire la remise de 5% et la gratuité des frais de ports  dans la vente de livres afin de contrer «l’avantage déloyal qu’utilisent les libraires en ligne, à l’origine d’une course à l’échalote dans la baisse des prix» selon la ministre de la culture Aurélie Filippetti. Mesure symbolique si le géant américain et ses concurrents décident de passer les frais de ports à un centime mais qui montrent que si le e-commerce fait la joie des consommateurs et des pure-players, les enseignes traditionnelles, elles, font toujours grise mine.

 

Pour voir la jolie infographie c’est par là : http://www.bonial.fr/info/barometre-ifop-bonial-2/

16. janvier 2014 par webpulser
Catégories: E-commerce | Tags: , , , , , | 1 commentaire

Un commentaire

  1. Ping : Les français et le e-commerce | Agence W...

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Contact

Téléphone0811 030 830 Vous avez un projet ?

Webpulser recrute

Envie de nous rejoindre ? Ca tombe bien, nous sommes à la recherche de nouveaux talents.

Postuler